Ligue des hauts de france Comité AISNE Comité Nord Comité OISE Comité Pas de Calais Comité SOMME
échanges.tennis

Toute l'actu de la ligue

< Retour

Assemblée générale de la Ligue des Hauts-de-France

Réunis dans l’amphithéâtre d’Artois Expo à Arras ce samedi 1er décembre, les dirigeants et bénévoles  du tennis régional ont dressé le bilan de la première année officielle de cohabitation entre le versant nord et sud.

Au centre, Patrice Brulez, le président de la ligue.

En décembre 2017, la première assemblée générale de la Ligue des Hauts-de-France avait suscité quelques craintes légitimes quant à la fusion.  Un an plus tard, presque jour pour jour, Patrice Brulez est revenu sur cette première année : « On ne savait pas trop dans quelle direction on allait, globalement, on peut être très satisfait. La problématique versant sud et versant nord que l’on pouvait craindre au début ne s’est pas vérifiée. On a surtout fait des ajustements. Depuis septembre on a plus de visibilité. »

 

Patrice Brulez : « L’Etat se désengage »

Seule ombre au tableau, l’aspect financier qui inquiète l’instance. Les députés ayant voté il y a quelques semaines la disparition du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS), il va falloir s’attendre à une baisse des aides publiques : « Sur l’année qui vient de se terminer, on est passé de 102 000 euros d’aide à 24 000, c’est presque 75 % en moins, constate Patrice Brulez. Oui c’est compliqué. L’Etat est en train de se désengager vis-à-vis du sport. On va voir ce qu’il compte faire pour l’avenir mais on essaie de faire attention, on essaie de garder une masse salariale qui soit la moins conséquente possible. »

 

Une politique sportive tournée vers les jeunes

Sixième ligue de France avec environ 69 000 licenciés (-1,30 % par rapport à l’année dernière), les Hauts-de-France ont affiché de résultats sportifs intéressants à l’image du jeune Picard Lilian Marmousez, champion d’Europe 15/16 ans par équipe au mois d’août dernier au Touquet.

L’ambition de la ligue est claire, elle entend mettre le paquet sur la détection et l’accompagnement des jeunes talents : « On va recentrer notre politique sportive sur les jeunes, confirme Patrice Brulez. C’est la priorité ! Il faut travailler avec eux dès les catégories 4-5 ans. Aller voir les jeunes dans les clubs, détecter, c’est comme ça qu’on arrivera à des résultats. » Et dénicher le prochain Lucas Pouille.

Lilian Marmousez

Une nouvelle interface pour la visibilité des clubs en 2019

A partir du printemps 2019, la FFT va lancer une nouvelle plateforme digitale sur ordinateur, tablette et smartphone qui va permettre de créer une communauté autour de chaque club sur la forme d’un réseau social. « L’idée est de faire remonter les informations qui sont présentes sur un site internet ou une page Facebook et qui sont parfois difficiles à trouver. Cela va permettre de centraliser les informations et faire la promotion du club », précise la Ligue.

Le lancement officiel est prévu le 27 avril 2019, d’ici là, des séances de formations seront dispensées aux quatre coins de la région pour aider les clubs à prendre en main ce nouvel outil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

il y a 2 semaines