Ligue des hauts de france Comité AISNE Comité Nord Comité OISE Comité Pas de Calais Comité SOMME
échanges.tennis

Toute l'actu de la ligue

< Retour

Le comité de l’Aisne inquiet pour ses subventions

Le 2 décembre 2017, Olivier Depaquit succédait à Jean-Pierre Ducloux à la tête du comité de l’Aisne. Après un an de gouvernance, le président a dressé un premier bilan de son action à l’occasion de l’assemblée générale du samedi 17 novembre.

Olivier Depaquit, debout tout à gauche

Inquiétude pour les finances

Principal sujet de discussion abordé, le volet financier. « J’ai attiré l’attention sur un problème qui nous pend au nez : on risque de ne plus avoir d’aide du tout de la part du Conseil Départemental, indique Olivier Depaquit. On a reçu un courrier, comme beaucoup d’autres structures, culturelles, sociales, sportives… nous indiquant qu’il ne fallait pas inclure de subvention du département dans notre budget 2019. »

La somme n’est pas neutre puisque le comité de l’Aisne touchait entre 13 000 et 14 000 euros de subvention. « La vice-présidente du Conseil Départemental était présente dans la salle, je lui ai fait part de mon inquiétude, poursuit-il. On a eu l’assurance que l’on toucherait quelque chose notamment parce qu’on a trois emplois. »

Par ailleurs, le comité de l’Aisne va voir son aide CNDS (pour le développement du sport) passer de 22 000 à 9 500 euros. « En compensation, on a déposé un dossier pour une aide à l’emploi pour le poste de conseiller sportif territorial (CST) ce qui devrait nous octroyer 10 000 euros la première année. Le montant sera dégressif pour les trois autres années. »

Presque 5 % de licenciés en moins

Autre mauvaise nouvelle, la baisse du nombre de licenciés enregistrée : –4,47 % ce qui porte à 4 617 le nombre de pratiquants recensés dans nos clubs. Les jeunes apparaissent comme le principal levier pour redresser la barre et le comité départemental a prévu de mettre le paquet.

« On a créé de nouvelles catégories chez les petits pour les matchs par équipes de 8 à 12 ans avec des championnats de différents formats de jeu. Le but est d’essayer de les amener à la compétition et de les fidéliser », précise Olivier Depaquit.

Le président axonais a indiqué avoir signé une convention avec l’USEP (Union sportive de l’enseignement du premier degré) et l’Education Nationale : « De gros projets se mettent en place avec le scolaire, l’objectif est de faire pratiquer le tennis à l’école et de faire venir les enfants dans les structures de clubs. On aimerait par la suite faire un grand rassemblement local entre les différents établissements qui ont participé pour ce qui serait une grande fête du tennis. »

Un championnat départemental en double

Parmi les autres nouveautés, la refonte des championnats : il n’y aura désormais plus qu’un seul championnat par équipes au lieu de deux. Sur les tournois individuels, le système de poules – à l’instar du format du Masters de Londres – a été privilégié, y compris pour les 2e et 3e séries. Enfin, un championnat départemental va voir le jour en double hommes, dames, et mixte il débutera en janvier 2019 pour se terminer en mai (finales le 4 mai 2019).

L’arbitrage en question

Dernier grand volet abordé : l’arbitrage lequel a suscité « un débat animé » dans la salle. En cause, la mise en inactivité de certains arbitres : « 75 % ont été déclarés inactifs, affirme Olivier Depaquit, beaucoup l’ont mal compris. »

Patrice Brulez, le président de la Ligue des Hauts-de-France présent dans la salle, a toutefois tenu à rassurer tout le monde en indiquant que les arbitres déclarés inactifs seraient remis sur le circuit sans repasser les diplômes. Il leur suffira d’en faire la demande à la ligue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

il y a 4 semaines